Le monde des

grandes âmes

Chapitre 9 : postface - conseils de lecture

Les vérités révélées dans « Le Monde des Grandes Âmes » présentent une réalité éternelle. En d’autres termes, ce sont des vérités éternelles car elles sont simultanément valables dans chacun des trois mondes : physique, spirituel et divin.
La contemplation est la meilleure des méthodes pour lire ce livre : en méditant l’une après l’autre les vérités qui y sont révélées, vous pourrez découvrir les preuves de leur triple manifestation dans les mondes physique, spirituel et divin.

 

Correctement appliquée, cette méthode de lecture vous apportera des résultats enrichissants, tels que :
1. La maîtrise de la concentration et de la pensée ;
2. Le renforcement de l’intuition : en maintenant votre attention concentrée sur une vérité, vous parviendrez finalement à une certaine compréhension de celle-ci et vous développerez ainsi naturellement les centres de votre conscience supérieure, ce qui affinera d’autant vos sens spirituels et vos perceptions subtiles ;
3. Le développement des vertus : en vous concentrant sur les vertus divines, vous attirerez les énergies correspondantes, qui elles-mêmes renforceront le développement de ces mêmes vertus en vous. De cette façon, vous parviendrez à la maîtrise de vos décisions et de vos actes, afin de réaliser chaque chose en son temps. En d’autres termes, vous trouverez la meilleure façon d’accomplir la bonne action. On ne peut en effet compter dans la vie que sur les pensées justes, les sentiments justes et les actions justes. Par conséquent, pour maîtriser vos pensées, elles doivent être justes ; pour maîtriser vos sentiments, ils doivent être justes ; pour maîtriser vos actions, elles doivent être justes.
Il est vrai que certaines phrases du livre peuvent au premier abord paraître difficiles à cerner. Mais lorsque vous commencerez à y réfléchir et à y méditer, l’Univers vous aidera à en saisir le sens en éclairant votre entendement.
Ainsi, vous serez en mesure de découvrir les grands trésors de la Sagesse jusque dans les propositions qui, à première vue, paraissent les plus simples.
Les exemples suivants montreront au lecteur comment il doit méditer ce livre.

 

NE TE LAVE PAS DANS UNE RIVIÈRE QUI N’A PAS DE « TÊTE ».
1. Dans le monde physique
Un ruisseau de montagne est une rivière qui n’a pas de « tête » car ses eaux se rassemblent à la suite de pluies torrentielles. Un tel ruisseau n’a pas de source particulière ; autrement dit, il n’a pas de « tête ». L’eau torrentielle est toujours trouble : il n’est donc évidemment pas possible de s’y laver.
2. Dans le monde spirituel
Chaque pensée, chaque sentiment et chaque désir qui n’est pas d’origine divine est comme une rivière sans « tête ». Tandis que chaque pensée, chaque sentiment et chaque désir qui est d’origine divine est comme une rivière ayant une « tête », c’est-à-dire reliée à la source de la Conscience divine. Par conséquent, chaque fois que vous avez des pensées, des sentiments ou des désirs d’origine non divine, c’est comme si vous vous laviez dans un torrent d’eau trouble et ainsi, vous vous salissez…
3. Dans le monde divin
Si vous avez voué votre vie à un idéal mortel, éphémère, alors votre vie entière ne sera qu’une rivière sans « tête ». Tandis que si l’idéal de votre vie est de servir ce qui est immortel, Dieu, l’Amour, alors votre vie entière sera une rivière avec une « tête ».

 

NE DONNE PAS TON BEURRE LORSQU’ON TE BAT.
1. Dans le monde physique
Les contradictions et les souffrances que nous rencontrons dans la poursuite de nos objectifs ne doivent pas nous affecter au point de nous faire perdre notre aspiration et notre espoir.
2. Dans le monde spirituel
Des conditions de vie favorables peuvent nous permettre de connaître la paix, la joie et la bonne disposition : c’est cela qui est notre « beurre ». Cependant, lorsque les souffrances arrivent, les faibles perdent leur « beurre », tandis que les forts ne le perdent pas.
3. Dans le monde divin
Dans le monde divin, c’est l’Amour qui est le « beurre ». Si, en faisant l’expérience des contradictions de la vie, vous trahissez l’Amour et tombez dans l’apathie, l’indifférence ou l’amertume, cela montre que vous avez donné votre « beurre ». En revanche, si vous restez fidèle à l’Amour, vous avez préservé votre « beurre », qui est nécessaire à votre développement spirituel.

 

– Enseignement donné par le Maître Peter Deunov (Beinsa Douno) en 1932 –

Une vie sans vertus est comme un jardin sans fleurs. Peter Deunov

DES QUESTIONS ?

Que vous ayez des questions ou des commentaires, nous sommes là pour vous répondre, dans la joie de partager l’Enseignement du Maître Peter Deunov…

Retour haut de page